Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 11:25

Pourquoi Resident Evil 3 est-il le meilleur jeu de toute la galaxie ?

 

 

S’il ne fallait retenir qu’une seule leçon de ce que nous a appris l’histoire, c’est que Capcom détient le pouvoir de donner un sens à nos vies par l’intermédiaire de ses productions. Resident Evil 3 en est le parfait exemple, la simple mise en production du titre ayant immédiatement relancé la croissance de l’ensemble du continent asiatique, mit fin à deux conflits armés en Afrique, stoppa deux tremblements de terre aux Etats-Unis, débloqua un ascenseur en Seine-Saint-Denis, et interrompit net une crise d’épilepsie à Londres.

Il paraîtrait même qu’une personne habitant Dunkerque aurait retrouvé ses lunettes égarées depuis plus de 48h suite à la mise en production de Resident Evil 3, mais le lien entre ces deux événements est à ce jour encore en cours de vérification.

 

 

 carlos-jill-y-nemesis.jpg

Carlos Oliveira, Jill Valentine et... Nemesis

 

 

 

Septembre 1999, Capcom sort Biohazard 3 “The Last Escape” qui mettra 5 mois de plus pour arriver en France sous le nom de Resident Evil 3 “NEMESIS”.

Dans cet épisode, les joueurs évolueront dans un Racoon City sous loi martiale, où les zombies sont plus nombreux que jamais.

On y incarne ici Jill Valentine qui devra faire en sorte de fuir avant de se transformer en dégât collatéral suite au plan d’intervention extrêmement complexe du gouvernement que je résumerais par : Problème? BOUM!!! Voilà, a plus problème.


 

Jill Valentine


jill-re3render.jpg

Jill Valentine fait son grand retour dans une tenue légèrement plus sexy que celle qu’elle portait dans le premier épisode. Revenant à Racoon City pour enquêter sur la firme Umbrella, elle se retrouve rapidement prise au piège dans ce qui est devenue une zone de guerre.

 

 

 

Carlos Oliveira

-9--Carlos-Oliveira.jpg

Jill sera épaulée ici non pas par Chris Redfield mais par Carlos Oliveira, membre de l'UBCS (Umbrella Biohazard Countermeasure Service), mais ce dernier retournera rapidement sa veste en découvrant le vrai visage de ses employeurs.

Composé principalement de criminels de guerre ou de soldats en exil, les membres de l’UBCS ont pour principales missions dans cet épisode de récolter des données sur les monstres créés par Umbrella et de faire disparaître les preuves de l'implication de la firme pharmaceutique.

 


Dans cet épisode, Racoon City est un réservoir inépuisable de zombies, ce qui rend la capacité limitée de votre inventaire plus pesante que jamais. Vous serez donc obligés de toujours garder un œil sur ce dernier et surtout sur votre stock de munitions, ce qui vous obligera parfois à faire des détours ou bien de jouer les kamikazes en piquant un sprint au milieu d’un attroupement de zombies.

Mais la véritable menace ici ne vient pas des hordes de morts-vivants mais d’un danger bien plus redoutable : NEMESIS.

 

 

FBA-NEMESIS.jpg


 

Véritable cauchemar sur patte, cette créature est envoyée sur la trace des membres des S.T.A.R.S. par Umbrella pour les traquer et les exterminer. Tout ce que l’on peut dire sur Nemesis, c’est que cette créature a les moyens de sa politique. Possédant une force démesurée, ce dernier est capable d’encaisser sans broncher des tirs de fusil à pompe à bout portant. De plus, il est capable d’utiliser des armes et se déplace le plus souvent avec un bazooka à l’épaule. Cerise sur le gâteau, cette abomination ouvre les portes et peut surgir d’à peu près n’importe où et quasiment n’importe quand. Ainsi, il ne sera pas rare de le voir traverser une fenêtre, ou sauter du haut d’un immeuble, avant de se ruer vers vous en hurlant “STAAAAAARS!!!”. La mayonnaise prend et les joueurs découvrent une sensation de peur oppressante obligeant une vigilance de tous les instants.

 


 600full-resident-evil-3--nemesis-screenshot-copie-1.jpg

Ce type de situation merdique vous arrivera relativement souvent.



Nemesis ne sera pas la seule raison qui vous fera serrer les fesses. En effet, incapable de contenir l’épidémie dans Racoon City, le gouvernement décide d’atomiser purement et simplement la petite ville du Middle West (pardon aux familles, tout ça...).

Malgré votre entraînement chez les S.T.A.R.S., vos chances de survie à une explosion nucléaire sont plutôt minces (n’est pas Indiana Jones qui veut). Votre survie dépendra donc de votre capacité à remplir les différents objectifs qui vous permettront de quitter la ville, tout en prenant soin d'échapper à Nemesis.

 


 4566515aaa

La définition de l'expression "être dans la merde jusqu'au cou". 

 


On remarquera dès la page de présentation l’évolution qu'apporte cet épisode à la saga. Ici, pas de choix de personnages, Jill étant le protagoniste central de ce chapitre (il sera néanmoins nécessaire d’incarner Carlos à certains moments). La difficulté du soft se règle donc à l’écran titre comme dans la grosse majorité des jeux, ce qui permettra aux joueurs qui le souhaitent de commencer leur partie avec un véritable arsenal dès les premières salles visitées.

En effet, si vous choisissez le mode facile, les armes les plus puissantes comme le magnum finiront rapidement dans votre inventaire avec les munitions qui vont bien. Les soins ne seront pas en reste et vous aurez dans ce mode la possibilité de sauvegarder autant de fois que vous le désirez sans vous soucier des rubans encreurs. Le challenge inexistant de ce mode représentera uniquement un intérêt pour les joueurs les plus maladroits, qui se retrouveront de toute façon bloqués par les énigmes qui sont toujours présentes et qui ne se résolvent pas à l’aide de décharges de chevrotines...



FBARE3SS.jpg

Une énigme récurrente dans Biohazard : un groupe de zombies, un baril d'essence et une balle.

Comment combiner ces trois éléments pour obtenir un méchoui? 

 

 

Au niveau du développement, on reste en terrain connu. Le Capcom Production Studio 4 est dans la place et Shinji Mikami est toujours fidèle au poste de producteur. Masami Ueda s’occupe encore de la composition de la plupart des musiques avec Saori Maeda, et Kazuiro Aoyama prend en main la réalisation pour cet épisode.

Avec ce chapitre, il n’est pas nécessaire de lire les crédits du jeu pour se rendre compte que l’équipe n’a que peu changé. En effet, les identités graphique et sonore du titre sont très proches de Resident Evil 2, ce qui est loin d’être une mauvaise chose.


Le gameplay est également similaire aux deux volets précédents et les joueurs retrouveront vite leurs marques. Plantes, machines à écrire et coffres à objets sont toujours présents, et les ennemis rencontrés au cours des deux premiers chapitres sont toujours fidèles au poste avec quelques inédits, comme les Cerbères enflammés, où les terribles Drain Deimos.

 

RE3DD.png

Le Drain Deimos : une vraie petite boulle d'amour!

 


La mise en scène est toujours la même, vous déplacez un personnage modélisé en 3D dans des décors pré-calculés à angles de vue fixes. Pour la première fois, deux modes de déplacement sont proposés au joueur et chacun d’entre eux représente un avantage et un inconvénient.

- Le premier est le mode de déplacement propre à la saga depuis ses débuts : la droite et la gauche font pivoter le personnage sur lui-même et la touche haut et bas du pad font avancer et reculer quelle que soit l’orientation de la caméra. L'inconvénient de ce mode de déplacement est que l’on se retrouve souvent à ressembler à un ivrogne tentant de battre le record du 100m. Une des techniques les plus utilisées pour obtenir un déplacement qui ne soit pas en zigzag reste de courir en se frottant contre un mur (pathétique oui, mais efficace).

- Le deuxième mode de déplacement dirige le personnage dans la direction sélectionnée sur le pad. Beaucoup plus pratique pour se repérer dans l’espace et marcher/courir droit, l’inconvénient de ce type de contrôle est qu’il faut sans cesse s'adapter aux changements d’angle de caméra. Et comme ces derniers se produisent constamment, je vous garantis qu’il y a de quoi rendre fou le plus équilibré des joueurs.

Cet épisode introduit également la possibilité de faire un demie tour rapide à 180° de façon à fuir rapidement (votre activité principale dans ce chapitre).


Quelques nouveautés font leur apparition, comme le fait de récupérer des éléments pour crafter des munitions spéciales, ainsi que des séquences de “décision en pleine action”. Derrière ce nom ridicule se cachent des évènements scriptés qui figent le jeu pendant un court lap de temps et ça demande au joueur de choisir une action parmi plusieurs choix. Ces scripts mettent en scène des situations le plus souvent critiques mais un mauvais choix ne se termine jamais par une mort automatique du personnage.

 

resident-evil-3-02.jpg

euuu... J'hésite...

 

 

Si le joueur ne choisit rien avant la fin du temps imparti, il se retrouve livré à lui-même, devant affronter la menace qui a déclenché cet évènement (le plus souvent Nemesis).

Par exemple, lorsque Nemesis surgit dans la cuisine, il est proposé à Jill d’ouvrir le gaz, ce qui déclenchera une explosion et lui permettra de fuir.

 


 screen005.jpg

Des décors très détaillés où chaque objet peut se révèler plus tard comme étant indispensable pour la résolution de certaines énigmes. 

 


Le jeu sortira sur PlayStation, mais également sur Dreamcast, PC et sur GameCube. La dernière version n’étant qu’un portage de la version PS1, certains trouveront (à juste raison) que ça pique quand même un peu les yeux. Mais à ce jour, si l’on vise le full set, la console de Nintendo est celle qui dispose du plus grand nombre d’épisodes. Certains fans extrémistes vont jusqu’à affirmer que la GameCube, avec un total de six titres, dispose de l’intégralité de la saga en s’appuyant sur l’idée que Resident Evil 5 est raté et n’en fait tout simplement pas partie.

Il s’agit là d’un autre débat que j’argumenterais en me contentant de répondre : non.

 


 

600full- 3- -(biohazard-3 -last-escape)-cover    Resident-Evil-3-Nemesis-cover.gif    8040

Les versions Playstation JAP, US et PAL; respectivement sortie le 22 septembre 1999, 12 novembre 1999 et le 18 février 2000.

 

 


L’ambiance unique de Resident Evil 3 fera l’objet d’une tentative d’adaptation sur grand écran en 2004. En effet, Paul W. S. Anderson s’écartera du scénario original qu’il avait développé pour le film Resident Evil sorti en 2002 afin de se rapprocher du jeu et de fédérer un plus large public (comprenez les fans de la saga originale, qui ont fait des ruptures d’anévrisme suite au premier film).

Resident Evil Apocalypse tentera donc d’adapter le jeu Resident Evil 3 tout en maintenant le fil conducteur ayant été lancé dans le premier film avec le personnage d’Alice.

Je ne vais pas m’étendre plus sur le sujet et vous invite à aller lire l’article que j’ai écrit sur la saga Resident Evil au cinéma, où j’ai pris tout mon temps pour donner mon avis sur la question.

 

Pour lire l’article, cliquez ici.

 

 

Finir le scénario principal débloque le mini-jeu "The Mercenaries: Operation Mad Jackal".

 

 meromzc4e.jpg

 


Dans ce mode, le joueur doit effectuer un parcours le plus rapidement possible, les monstres tués faisant gagner du temps et sauver des vies rapportant des munitions.

Le joueur peut incarner 3 personnages différents faisant parti de l'UBCS : Nicholai Ginovaef, Mikhail Victor et Carlos Oliveira.

 

1224670-re3 nicholai ginovaefMikhailV(9) Carlos Oliveira

Le choix du personnage déterminera le contenu de votre inventaire ainsi que votre niveau de beaugossitude.

 


Nicholai Ginovaef : un SIG Pro (pistolet), un couteau, une herbe bleue et trois sprays.


Mikhail  Victor : un Benelli M3S (fusil à pompe), un M629C (magnum), un lance-roquettes, des munitions de fusil et de magnum et un mélange d'herbe (yeah maaan!!!).


Carlos Oliveira : un M4 modifié (fusil d'assaut), un EAGLE 6.0 (pistolet), des munitions et trois mélanges d'herbe (yeah maaan!!!²).  


L'argent accumulé dans The Mercenaries peut être dépensé pour acheter des bonus, comme le fait de pouvoir recommencer le scénario principal avec de nouveaux vêtements ou bien vous équiper d'une gatling aux munitions illimitées (ho oui! ho oui! ho oui!).


 29370-resident-evil-3-nemesis-windows-screenshot-nemesis-fi.jpg

Choisir entre les différents bonus n'est pas évident, et acheter un costume alternatif plutôt qu'une arme n'est pas toujours le plus avisé des choix...

 


Similaire aux volets précédant, mais possédant bon nombre d’idées nouvelles, Shinji Mikami nous offre avec ce titre une conclusion d’une grande qualité au chapitre Racoon City. “Chapitre” oui, car la saga de Capcom était quant à elle loin de se terminer, les événements de La ville du Raton laveur étant le point de départ d’une histoire comportant de nombreuses zones d’ombres.

 

Retrospective Biohazard Partie 4/8 : Biohazard Code : Veronica

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nours 28/12/2011 17:16

Mon épisode préféré de la saga (pas encore joué aux 4 et 5) mais j'ai adoré le "mini" jeux avec les mercenaires surtout finir avec nokolaï ...

Présentation

  • : Le blog de Blackphoenix
  • Le blog de Blackphoenix
  • : Un blog non-objectif qui vous permettra de comprendre certaines de mes addictions. Libre à vous de vous reconnaitre dans mes articles ou de vous en inquiéter...
  • Contact

Nos partenaires

CAPCOM-logo

New Logo Big

images

logo-nolife

logo TRITTON 2

Recherche