Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 août 2011 4 04 /08 /août /2011 11:27

Pourquoi “Teenage Mutant Ninja Turtles 4 : Turtles in Time” est-il le meilleur jeu que la terre ait connu ?

 

Tant par la puissance titanesque que dégage la licence, que par les qualités vidéoludiques d’un soft au développement rondement mené par le géant Konami, TMNT 4 : Turtle in Time écrase les autres productions qui ne tarderont pas à essayer de s’inspirer de ce hit incontournable. Ainsi, SEGA reprendra les célèbres bonds des tortues pour l’animation des sauts de Sonic the Hedgehog, Capcom fera porter à Ryu un bandeau, et Nintendo s’inspirera de la couleur dominante des quatre ninjas pour définir celle de la tenue de Link dans Zelda.

Ces dernières licences connaîtront un succès modéré, les joueurs préférant l’original à la copie.

On retrouvera également des hommages à TMNT 4 : Turtle in Time dans d’autres types de médias. Ainsi, Sam Raimi fera livrer des pizzas à Spiderman dans le second volet du film éponyme, cet aliment faisant référence au plat favori des tortues.

James Cameron lui-même réalisera le film Terminator, où le robot tueur à l'apparence humaine fait évidement référence à Metal Head, la tortue robot tueuse envoyée par Shredder.

Bruce Lee quant à lui utilisera dans le film ‘’Le jeu de la mort’’ un Nunchaku jaune, arme et couleur de prédilection de Michelangelo.

Le géant américain Walt Disney rendra hommage à Splinter, le maître des tortues, en utilisant une souris comme mascotte.

Et en 1959, René Goscinny et Albert Uderzo rendront également hommage à TMNT 4 : Turtle in Time, via la parution d’une bande dessinée qui mettra en scène des gaulois mangeant des sangliers, ces derniers faisant bien entendu référence à Bebop, un sanglier mutant travaillant pour Shredder.

Seuls les plus distraits des fans auraient pu passer à coté de ces références, et le fait que certains de ces hommages aient été réalisés bien avant la sortie de TMNT 4 : Turtle in Time, met en évidence la puissance de ce jeu qui a su inspirer les plus grands, en s’affranchissant de toute contrainte temporelle.

 

 

6092.jpg

Une fois n'est pas coutume : une jaquette splendide même en europe!

 


 

Soyons sérieux quelques instants et parlons du jeu. Tout d’abord sorti en arcade en 1991, Teenage Mutant Ninja Turtles 4 : Turtle in time arrivera l’année suivante sur Super NES pour le plus grand bonheur des fans. On y retrouvait nos quatre tortues new-yorkaises dans un beat’em all plein d’humour et bourré de clins d’oeil aux différentes aventures qu’elles ont eu le loisir d’accumuler depuis 1984, année de leur naissance sous la plume de Kevin Eastman et Peter Laird. Le soft reprenant en grande partie l’univers développé par le dessin animé de 1987, des références aux comics ainsi qu’aux films y seront tout de même présentes.

 

Le savoir faire des développeurs de chez Konami, jumelé aux capacités de la SNES permettra aux joueurs d’avoir chez eux une adaptation de bien meilleure qualité que la version arcade en de nombreux points.

En effet, en plus du remaniement des musiques, la version SNES dispose d’un stage supplémentaire ainsi que du rajout de 5 boss inédits.

Ainsi, nos héros carapacés pouvaient affronter Rat King à la fin du stage 3, qui remplaçait les vagues de Pizza Monsters présentes dans la version arcade. Ces derniers sont toujours présents dans le stage mais se cantonnent au rôle d'ennemi de base.

 


tmnt4sewer1.gif          turtles-iv-rat-king.jpg

Un Pizza Monster                                             The Rat King

 


Les tortues poursuivaient ensuite leur périple dans un long stage inédit : le Technodrome. Le stage était découpé en deux parties ou vous aviez le loisir de croiser Tokka et Rahzar, deux personnages tirés du film "Tortue Ninja 2". A la fin de la deuxieme partie du Technodrome, vous affrontiez Shredder d’une manière des plus originales. Pour vaincre ce boss il falait lui envoyer en pleine face ses propres guerriers à l'aide de projection qui envoyait les enemis vers l'écran.

 

 

300px-TokkaRahzarTMNTGame.jpg          turtles-in-time-snes-shredder-fight-boss-battle

Tokka et Rahzar                                                     Shredder 

 

 

Suite à cet afrontement, les tortues étaient projeté à travers le temps. Dans le stage suivant, vous vous retrouviez à l'époque de la préhistoire dans un stage volcanique. Le boss de la version arcade y sera remplacé par Slash, un des ennemis les plus classe que nos héros aient eu à affronter.

 

 

Copie-de-flicvoy012.gif          flicvoy012.gif

Version arcade                                        Version SNES

 

 

Ils se retrouvaient ensuite devant Bebop et Roxteady, à la fin du stage du bateau pirate. Ces derniers remplaçant Tokka et Rahzar qui faisaient office de mid-boss dans le stage du Technodrome précédemment traversé. Bebop et Roxteady étaient afublés de costumes de corsaire d'un mauvais goût des plus réussis.

 

   

Copie-de-hztht.gif          DownloadMob-Teenage-Mutant-Ninja-Turtles-IV--Turtles-in-Tim.jpg

Version arcade                                          Version SNES

 

 

Le stage 8 où les tortues se retrouvaient à parcourir une autoroute futuriste sur des overboards avait, quant à lui, été totalement remanié. Afin d’éviter la répétition avec le stage 3 se déroulant dans les les égouts, le stage 8 se présentait sous la forme d’un auto scroll utilisant le mode 7 de la SNES. Si ce changement faisait de ce stage le plus facile du jeu, le rendu graphique et l’impression de vitesse étaient tous deux très réussis.

 

 

Une image subliminale se cache dans cette vidéo... 

 

 

Pour ce qui concerne le boss de fin du jeu, si ce dernier restait Shredder, celui-ci était sensiblement différent d'une version à l'autre. Si le Shredder de la version arcade se battait avec un sabre laser (oui, vous avez bien lu), la version SNES mettait en scène Super Shredder tiré du film "Tortues Ninja 2".

Beaucoup plus vif, il usait et abusait de coups spéciaux variés, rendant cet affrontement beaucoup plus épique.

 


Le Boss final de la version arcade

La version arcade permettait de jouer jusqu'à 4 en même temps.
Retrouver sa tortue au millieu de la mêlée devenait alors un challenge permanent. 

 


Le Boss final de la version Super NES

Une musique extraordinaire venait sublimer ce combat contre un Shredder sous acide.
 

 

 

Quelques autres différences plus ou moins minimes étaient également présentes comme le retrait de certaines animations et voix digit, ainsi que le remixage des musiques qui voyaient leur qualité pour le coup augmentée.

Cependant, comme vous l'aurez relevé plus haut, la borne arcade conserve un atout de taille face à la version SNES du titre, à savoir, le fait de pouvoir jouer à quatre joueurs simultanément.

 

 

playmates40 M

Un borne imposante sur laquelle peu de joueurs ont posé les doigts

 


En ce qui concerne le gameplay, on se rapproche énormément d’un Beat’em all de type "Final Fight". Cependant, si l’on y retrouve un certain nombre des mécaniques propres à ce dernier, il y avait également quelques ajouts non négligeables.

Ainsi, les tortues disposaient d’une palette de coups relativement variée. Elles pouvaient frapper, finir un sprint par un coup plus puissant, faire des sauts de main pour éviter les attaques ennemies et utiliser une petite partie de leur barre de vie pour réaliser un coup faisant le ménage autour d’elles. Vous disposiez également de quelques prises au corps à corps, certaines d’entre elles projetant littéralement l’adversaire vers l’écran avec un effet de zoom dont tout le monde se souvient. Si aucun objet n’était récupérable pour servir d’arme, il était néanmoins possible d’interagir avec certains éléments du décor à son avantage pour en découdre avec les légions de guerriers Foot qui arrivaient par camions entiers.

Copie de blupandaHD - avatareSi le jeu n’était pas très difficile, certains boss donnaient réellement du fil à retordre. Les ennemis quant à eux étaient très nombreux, et même le moins téméraire des joueurs se faisait alors un devoir de terminer le jeu en un seul crédit, la jauge indiquant le nombre d'ennemis vaincus étant réinitialisée quand le joueur utilisait sa dernière vie.

Les parties à deux joueurs étaient donc source de challenge, et de hurlement au moment fatidique du game over.

 

 

23157789 jpeg preview large          220px-TMNTVideogameFoot.png

Du début à la fin du jeu : des guerriers Foot toujours partant pour se prendre une branlée

 

 

Les stages étaient nombreux et les environnements extrêmement variés. Tous splendides, ils étaient toujours ponctués par l'affrontement d’un boss provenant aussi bien des comics, du dessin animé et même des films live. Malgré le coté répétitif de ce type de jeu, on ne s’ennuyait pas une seconde et les musiques, très présentes, ne faisaient que sublimer le travail réalisé par les développeurs.

 

En plus du mode Histoire et du mode time trial, la version SNES disposait également d'un mode VS. Ce dernier permettait à deux joueurs de se mettre sur la gueule sous l’œil avisé de leur maître Splinter. Les personnages sélectionnables pour ce mode se limitaient malheureusement aux quatre tortues. Ces dernières possédant la même palette de coups, seuls l'allonge et les dégâts variaient d’une tortue à l’autre en fonction de leurs armes, ce qui rendait ce mode sympathique mais très limité.

 

 

Teenage-Mutant-Hero-Turtles-IV-Turtles-in-Time-E-00004.jpg          Turtles in Time SNES Vs. Mode

Bien qu'anecdotique, le mode versus permettait de passer outre l'absence de friendly fire dans le mode histoire

 

 

En février 2010, une version remasterisée de Turtle in Time sortira sur le PSN et le XBLA. Si le scrolling d’origine a été conservé, une refonte 3D sera faite sur le jeu et le gameplay s’en verra chamboulé. En effet, suite à ce changement graphique, les tortues deviendront capable de frapper dans toutes les directions, chose qui était impossible sur la version arcade et SNES. Un petit détail qui, l’air de rien, modifiera complètement la façon de jouer.

Expliquer par écrit les problèmes que cela cause est très compliqué. Disons simplement que les tortues font toujours face à la direction vers laquelle elles se dirigent ce qui fait partir de nombreux coups vers le haut et le bas alors que l'ennemi qui vous moleste est juste à coté de vous. Pour lui faire face et le frapper, il faut donc avancer vers lui jusqu’à le coller tel un free-huggeur frénétique.

 

Un autre détail, et pas des moindres, viendra pénaliser le titre, cette adaptation ayant été faite à partir de la version arcade et non SNES. Les différences entre les deux versions ayant été évoquées plus haut, vous comprendrez aisément ma déception face à ce choix des développeurs.

Mais cela n’en fait pas un mauvais jeu pour autant, loin de là. Cependant, vous l’aurez compris, la meilleur version reste pour moi celle développée sur SNES.

 

Trouvable aisément dans les boutiques d’occasion comme dans les vides greniers pour une misère, je vous recommande ce jeu qui est un des hits incontournables de la 16 bits de Nintendo.

 


Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Tortues Ninja
commenter cet article
18 mars 2011 5 18 /03 /mars /2011 00:08

Pourquoi Teenage Mutant Hero Turtle est-il le meilleur jeu de tous les temps?

 

 

Etant un comics à la base, cette licence fut adaptée en dessin animé en 1987, puis en jeu vidéo 3 ans plus tard. Ce dernier sera adapté sur de nombreux supports mais nous nous pencherons ici sur la version NES.

 

TMHT NES Jaquette 001

 

Tout ce que je peux dire, c’est que 1990 fut une année riche en changement pour moi. En effet, à force de passer des après-midis entières à squatter la chambre de mes cousins, mon père finit par abdiquer et par m’acheter ma première NES. Je venais de franchir une étape décisive. A présent, je pouvais parler dans la cour de récré de mes propres parties, au lieu de m'approprier les récits des copains qui avaient des parents cool.

Oui, à l’époque, et ce bien avant la paranoïa sur l'épilepsie, le jeu vidéo n’avait pas bonne presse auprès des parents, qui associaient systématiquement ce média aux échecs scolaires. C’était donc pour nous autres, un statut social que de posséder une console à la maison et certains allaient jusqu’à se mettre en compétition en comparant le nombre d’heures de jeu hebdomadaires que leurs parents leur permettaient (un peu comme les dans au karaté). Le plus drôle, c’est que comme il était impossible de vérifier les chiffres donnés par les camarades, on arrivait à des scores complètement absurdes qui feraient passer les cas sociaux de confessions intimes pour des personnes tout à fait normales.

 

Mon père n’y alla pas par quatre chemins et me prit le pack NES Teenage Mutant Hero Turtles pour Noël.

 

tnmtfba.jpg

 

Le pack était en vente depuis pas mal de mois et l’attente aurait pu être plus supportable si Nintendo n’avait pas fait un spot de pub qui, j’aurais pu en jurer à l’époque, avait été fait dans le seul but de me torturer.


 

 

 


Ce jeu plateforme/action respectait les standards de l’époque, à savoir une difficulté rebutante pour les moins skillés d’entre nous. Cependant, je possédais un handicap qui me permit de progresser de plus en plus loin dans le jeu au fil des game-over. En effet, comme beaucoup de camarade, ce soft était mon seul et unique jeu. Et le marché de l’occasion n’existant pas encore à l’époque, la seule façon d’amortir un jeu était de le finir (chose que je ne parvins jamais à faire).

La difficulté était telle que beaucoup de joueurs ne dépassaient même pas le deuxième stage qui était un véritable cauchemar. Il fallait désamorcer 8 bombes en moins de 2 minutes et 20 secondes. Ces dernières étaient disséminées dans un labyrinthe aquatique truffé de pièges en tout genre, les courants ayant la fâcheuse habitude de changer de sens de façon à vous envoyer droit dessus.

 

 

 

tmnt2.jpg               imtnmtfba

 

 

 

Les plus skillés d’entre nous parvinrent à arriver jusqu’au Technodrome ou Shredder, le boss final, attendait de pied ferme nos quatres tortues. Ce qui fut l’occasion pour de nombreuses personnes de faire la connaissance de son attaque spéciale capable de tuer une tortue en un seul coup. Mais il faut être honnête, si vous parveniez a arriver jusqu'à lui en un seul morceau, le bloquer contre un mur avec Donatelo était un jeu d'enfant en comparaison au reste du jeu.

 A la difficulté du soft venait s’ajouter une impossibilité de sauvegarder. Il vous était donc nécessaire de disposer d’une bonne plage horaire devant vous pour pouvoir en venir à bout. Et c’est non sans un certain amusement que je regarde de temps à autre des vidéos de Tool Assisted Speed Runner le boucler en moins de 20 minutes. Un combat déloyal, certe, mais une punition bien mérité pour ce titre qui a traumatisé toute une génération de gameur.

 

 

 


 


 

Nos ninjas mangeurs de pizza revinrent l’année suivante dans une suite qui prendra la forme d’un beat’em all en 3D isométrique à la façon d’un Final Fight. Cette formule plus speed aura un gros succès et demeurera ainsi jusqu’au mythique Teenage Mutant Hero Turtles 4 : Turtles in Time. Vous trouverez l'article consacré à ce dernier en cliquant ici.

 

Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Tortues Ninja
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Blackphoenix
  • Le blog de Blackphoenix
  • : Un blog non-objectif qui vous permettra de comprendre certaines de mes addictions. Libre à vous de vous reconnaitre dans mes articles ou de vous en inquiéter...
  • Contact

Nos partenaires

CAPCOM-logo

New Logo Big

images

logo-nolife

logo TRITTON 2

Recherche