Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 12:00

Pourquoi Odaiba est-il le quartier le plus impressionnant du Japon?

 

 

Situé au sud-ouest du centre-ville, le quartier d’Odaiba regroupe une impressionnante concentration de magasins et d’attractions. Vous y trouverez donc tout ce qui vous est nécessaire pour dilapider rapidement vos économies de la manière la plus agréable qui soit.

 

Chapitre 4 : une démesure tout en sobriété.

 

odaiba-gundam-open.jpg

 

 

Je vous l’avais dit à la fin du précédent article : Odaiba est le quartier où j’ai fait la rencontre la plus impressionnante de mon séjour, voire de ma vie toute entière. Ceux qui connaissent bien le quartier savent déjà de quoi je parle car il est difficile de vadrouiller dans ce quartier sans tomber nez à nez avec le mythique Gundam taille réelle.

 

 

DSCN1112

 

DSCN1118 DSCN1122 DSCN1110 DSCN1111 DSCN1115

 

 

Positionné actuellement juste devant un “Gundam Café”, ce colosse est constamment entouré de fans et de curieux s’improvisant photographe afin d’immortaliser cette rencontre improbable. Au moment de mon passage, des paysagistes de l'extrème s'attelaient à la construction d'une "réplique de la réplique" en fleurs. Moi et ma femme ne sommes pas resté au Japon sufisament longtemps pour voir l'ouvrage terminé mais ce petit cliché donne tout de même un ordre d'idée.

 

DSCN1121

 

 

Mais cet ouvrage titanesque n’est pas la seule attraction de ce quartier. Aussi après avoir eu quelques frayeurs dans une maison hantée (l’équivalent Japonais du Train Fantôme occidentale), nous sommes allés nous restaurer comme il se doit dans un recoin du multiplexe qui abritait une dizaine de stands de Takoyakis proposants différentes recettes.

 

photo--20-.JPG

 

DSCN1071 photo (18) photo (19) DSCN1097

 

Faisant partis de la tradition de la “cuisine spectacle”, les Takoyakis sont des boulettes de pâte à crêpe parfumées et truffées de morceaux de poulpe. Préparé devant vous, ce plat peut faire office d’encas pour les longues après-midi shopping, ou bien de plat principal pour un repas si vous en prenez un nombre conséquent.

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux

 

Le Takoyaki est traître. D’une apparence inoffensive, il est capable de vous brûler au 3ème degré si vous vous jetez dessus sans avoir pris la peine de réaliser quelques préliminaires.

La fine pellicule de pâte cuite qui l’entoure préserve la chaleur de son cœur fondant, ce qui vous empêche de le faire refroidir en soufflant dessus. Percez simplement quelques petits trous dans la peau du Takoyaki à l’aide d’une de vos baguettes de façon à le laisser refroidir tout seul au contact de l’air. De plus, le cœur du Takoyaki a tendance à devenir légèrement plus opaque au contact de l’air, ce qui vous évitera d’en mettre partout si vous désirez le manger en deux bouchées.

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux2.gif

 

Manger c’est bien, mais il n’y a pas que ça dans la vie. Je vous emmène donc immédiatement dans la boutique qui a le plus retenu mon attention : le CAPCOM Shop !!!

 

DSCN1083

 

 

Oui, bon j’avoue, je suis un peu monomaniaque. Mais si l’on prend en considération le nom du blog que vous êtes en train de lire, j’ai un alibi tout trouvé...

Dans cette boutique, vous trouverez de nombreux produits dérivés des jeux de l’éditeur japonais, certains étant exclusifs à cet endroit. Statuettes en résine, accessoires pour console portable, textile, artbooks, OST, la variété du contenu est impressionnante et certains prix sont à la mesure de la rareté des produits.

 

 

DSCN1087

 

DSCN1086 DSCN1085 DSCN1084 DSCN1089

 

 

Le cadre est bien entendu très soigné, de nombreuses choses avec la pancarte “Not for sale” étant disséminées un peu partout, comme cette armure de Monster Hunter à l’échelle 1/1.

 

DSCN1080

 

 

Le personnel est très agréable et, comme au “BIOHAZARD Café”, il m’a sufit de montrer à l’hôtesse de caisse une photo de ma collection “Resident Evil” à l’aide de mon smartphone pour qu’elle m’offre quelques goodies “not for sale” malgré la modestie de mes achats dans l’établissement. En effet, le prix de certains objets était aussi élevé que la qualité des finitions des différnetes statuettes en édition ultra limités.

 

DSCN1078

 


C’est donc ravi que je suis reparti pour voguer vers d’autres aventures non sans faire une petite pause sur un campement laissé à l’abandon...

 

DSCN1091

 

 

Par la suite, après avoir parcouru suffisamment de distance pour bloquer le compteur journalier du podomètre de ma 3DS, nous étions encore loin d’avoir tout visité. Et à 16h, il était temps d’aller chercher du wifi ainsi qu’une petite collation dans un bon vieux Starbucks des familles.

 

DSCN1106.JPG

 

 

Je ne sais pas si c’était propre au Japon, au quartier, ou au fait que nous étions en plein après-midi en semaine, mais nous avions l’embarras du choix en ce qui concernait les canapés. Un luxe impossible à concevoir pour les adeptes des Starbucks parisiens.

 

 

Pocky-FruitsNuts

 

 

Le POCKY Eclats de cookies

 

pockycookiecrunch.JPGCe POCKY dispose d’un biscuit classique, croustillant et savoureux. L’enrobage quant à lui, constitué d’un chocolat au lait simple mais très efficace, est truffé d’éclats de cookies chocolat. Le fantasme ultime des gourmets : le gâteau au gâteau ! Un must grâce à ce mariage parfaitement dosé qui développe la puissance gustative des deux biscuits de la même manière que la fusion entre Vegeta et Goku.


Conseil de dégustation : accompagnez ce POCKY d’un Starbucks Vanilla Frappuccino Venti en été, ou bien d’un Caramel Macchiato Venti en hiver ou par temps pluvieux.

 

 

 

 

 

 

Odaiba cache également bien d'autres choses que ce que je vous ai montré aujourd'hui, mais je vais tout de même m'arrêter ici pour cette fois et garder quelques photos dans mon disque dur pour un prochain article...

Le prochain épisode nous fera faire un petit retour en terre vidéoludique car en septembre, il y a un évènement incontournable au Japon et en particulier à Tokyo : le Tokyo Game Show.

 

 

To be continued...

 

Retrouvez tous mes articles sur le Japon en cliquant ici

 



Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Japon
commenter cet article
28 janvier 2013 1 28 /01 /janvier /2013 12:00

 

Pourquoi les restaurants japonais sont-ils les meilleurs du monde?

 

Troisième partie de mes aventures au pays du soleil levant. Et aujourd’hui, nous allons nous pencher sur un des besoins les plus essentiels de l’homme depuis la nuit des temps : manger.

 

Chapitre 3 : manger avec la bouche et les yeux

BHCLOGO.jpg

 

Il faut se rendre à l’évidence : épouser une fille intelligente, c’est bien, mais si elle est jolie, c’est encore mieux. Les restaurateurs japonais ont bien conscience de cette échelle de valeur et ont donc mis en place une profusion de restaurants à thème afin d’apporter autant d'attention au cadre de l’établissement qu’au contenu de l'assiette.

Dans le précédent article, je faisais mention du “Gundam Café” et du “AKB48 Café&Shop”. Ces deux endroits sont bien sympas mais aujourd’hui, on passe au niveau supérieur avec une sélection personnelle des deux lieux qui m’ont le plus marqué, tout deux ayant un lien plus qu’évident avec l’un de mes éditeurs japonais fétiches.

 

Le CAPCOM-Bar


d973098c7d3009b45643c5250463353d.jpg

 

Nous commençons par le CAPCOM Bar. Situé dans le quartier de Shinjuku, ce petit restaurant vous plonge au coeur de l’univers de l’éditeur et vous propose toute une série de boissons, de plats et de desserts faisant référence aux jeux les plus populaires. Voici une sélection de meilleures pages du menu au moment de mon passage (cliquez sur les impages pour les agrandir).

 

DSCN0947

 

DSCN0950 DSCN0953 DSCN0948 DSCN0946

DSCN0950 DSCN0951 DSCN0952 DSCN0955


Cocktail bleu baptisé “Hadouken”, Gâteau “Resident Evil” en forme de cerveau, Brochettes de tomates cerises et de boulettes de Mozzarella “Devil May Cry”, Pièce de viande “Monster Hunter”, la carte est très variée et l’originalité de certains plats est vraiment très bien pensée.

 

DSCN0963

 

DSCN0962 DSCN0965 DSCN0956 DSCN0967 DSCN0960

 

D’une capacité d’environ 30 clients, ce bar vous propose des sessions de deux heures durant lesquelles vous pouvez ravir vos papilles tout en profitant d’un cadre complètement awesome.

 

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux

 

 

Si vous ne disposez pas d’un téléphone portable et qu’il vous vient l’envie de retrouver des amis a Shinjuku pour aller ensemble au CAPCOM Bar, évitez de vous donner rendez-vous devant une boutique “Bic Camera”, ou un “UNIQLO”. Ces boutiques sont très répandue et vous risquez de vous attendre mutuellement pendant plus d’une heure, chacun devant une boutique différente en étant persuadé que c’est l’autre qui est en retard (merci à Jack pour cette brillante idée).

 

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux2

 

 

Dans le CAPCOM Bar, des tirages au sort sont organisés pour vous faire gagner des goodies et il vous est même possible d’acheter des pochettes surprise de produits dérivés dont la valeur marchande est souvent 6 à 10 fois supérieure au prix de la pochette. Ces dernières sont souvent dédiées au jeu du moment, en l'occurrence “Monster Hunter” au moment de mon passage.

 

DSCN0943

 

DSCN0940 DSCN0942 DSCN0971

DSCN0972 DSCN0973 DSCN0975

 

Les serveurs assurent le show et ont toujours la réplique qui colle à votre commande. Ils se hurlent dessus copieusement en se provoquant pour vous servir le menu “Basara”, ils se contentent d’un petit clin d’œil et d’un claquement de doigt suivi d’un “JACKPOT!!!” quand ils vous servent la glace “Devil May Cry”, et ma serveuse a carrément fait un combat de boule de feu IRL en hurlant avec moi pour me servir mon cocktail “Hadouken”. Du grand n’importe quoi. J’adore!

 

Retrouvez la carte complète, les horaires, le plan d'accès sur le site officiel (japonais)

 

DSCN0983

 

DSCN0977 CAPBAR1.JPG DSCN0979 DSCN0980 DSCN0981

 

Bon, le soir venu, il va falloir penser à manger quelque chose d’un peu plus consistant. Et si nous allions dans le quartier de Shibuya?

 

DSCN0854

 

Toujours dans la thématique Capcom, je vais vous présenter LE point de chute incontournable pour tous les fans de la saga horrifique Resident Evil : 

 

 

Le Biohazard Café & Grill

BH_C-G_2.jpg

Situé au 7ème étage de l’immeuble PARCO, le Biohazard Café est un restaurant éphémère ouvert pour une durée de 1 an. Le cadre y est entièrement dédié à la licence Biohazard (Resident Evil en dehors du Japon) et la décoration est faite avec différents objets provenant de la multitude de jeux que la licence a engendrée ces 15 dernières années.

 

DSCN0939

 

DSCN0870 DSCN0871 DSCN0936 DSCN0937 DSCN0932


Armes à feux suspendues dans des cadres, carte de la ville de Raccoon City, machine a écrire, et même un Tyrant échelle 1/1 enfermé dans un compartiment étanche. Complètement surréaliste!

 

DSCN0883

 

 

DSCN0929 DSCN0930 DSCN0933 DSCN0885 DSCN0891

DSCN0888 DSCN0884 flD0C.jpg DSCN0914 DSCN0915 DSCN0918

 

La carte est très variée mais n’est pas aussi riche en références que dans le CAPCOM Bar. Ici, la mise en scène est différente et joue plus sur l’immersion. Comme expliqué dans le menu, le Biohazard Café est la cantine officielle des S.T.A.R.S. et seuls les membres de ces forces spéciales ont le droit d’y accéder. Le rôle de ce lieu est de permettre aux agents de reprendre des forces lorsqu’ils reviennent de leurs périlleuses missions.

Vous vous retrouvez donc à manger avec des couverts et des assiettes militaires, les plats quant à eux étant servis de manière très originale. Salade assaisonnée à l’aide d’éprouvette et de bécher, viande embrochée sur une épée et découpée au couteau de combat pendant que vous vous saisissez de votre morceau avec une pince chirurgicale, etc.

 

DSCN0893

 

DSCN0900 DSCN0877 DSCN0878 DSCN0894 DSCN0895 DSCN0921 

 

2th Stage avec Negi et Emilie !!!

 

53893_10151330514917023_1669530326_o.jpg 456329_10151330515637023_1401370908_o.jpg 175078_10151330516582023_1860380947_o.jpg DSCN1579 DSCN1590 DSCN1591

 

Toutes les 2 à 3 heures, un happening se déclenche : les serveuses se mettent à danser pour animer la soirée quand un signal d’alarme retenti et vient interrompre la fête. Le Tyrant présent dans la cuve s’anime alors à l’aide d'hologrammes projetés sur lui ainsi que sur la vitre (à la manière de la tête dans la boule de cristal dans la maison hantée d’Eurodisney).

Les serveuses prennent alors les armes présentes sur les murs et interviennent en faisant participer les clients les plus téméraires. Un combat s’en suit afin d'empêcher le Tyrant de sortir et de causer des dégâts dans les rues de Tokyo. C’est extrêmement cheap, mais très efficace. Le fun est aussi présent qu’avec le service du CAPCOM Bar.

 

175304 10151330517582023 2117864407 o

 

DSCN0903 DSCN0905 DSCN0906 DSCN0907 FBABHC5.JPG DSCN0910 DSCN0911


Photos de Negi prise de l'autre coté :


DSCN1587 FBABHC1.jpg DSCN1588 DSCN1589 FBABHC2.1 FBABHC3.jpg FBABHC4.jpg

      

Une super ambiance et un personnel aux petits soins avec peut-être un petit point négatif en ce qui concerne la musique dans l'établissement. Se taper une playlist d'à peine 1h30 qui tourne en boucle, ça peut passer, mais quand cette dernière contient des titres des "Spices Girls", du groupe "Aqua", et autres joyeusetés des années 90, c'est marrant 5 minutes mais ça devient vite saoulant :p

 

DSCN0925

 

Même ma femme qui n'est pas ce que l'on peu appeler une fan de Resident Evil a bien aprécié l'ambiance décalée du Biohazard Café.


DSCN0928

 

 

Une boutique à la sortie vous permet d’acheter quelques goodies et art books, les goodies les plus rares n’étant pas disponible à la vente mais uniquement via une carte de fidélité qu’il vous faudra remplir au fil de vos repas.

 

DSCN0935

 

Retrouvez toutes les infos sur le Biohazard Café & Grill sur le site officiel

 


Restons dans la thématique de la nourriture et passons au...

 

Pocky-FruitsNuts

 

Le POCKY Panda

 

photo--14-.JPGDoté d’un biscuit creux parfum chocolat, le POCKY Panda est recouvert d’un enrobage au goût difficile à décrire, les ingrédients inscrits en japonais ne m’aidant pas du tout (Neotsubasa nous signale en commentaire que l'inscription en jaune sur la pastille rouge est "Cookie & Cream").

Moins sucré que le POCKY Chocolat classique, cet enrobage est une sorte de crême parfumée à la vanille contenant de petits éclats de chocolat au lait. Le goût légèrement parfumé du biscuit et sa forme aérée spécifique créé une émulation en bouche qui vous donne une folle envie de faire de ce POCKY votre source d’alimentation principale (un peu comme le panda avec le bambou).

 

Conseil de dégustation : saisissez vous du biscuit soigneusement du bout des doigts de façon à ne pas émietter la partie non enrobée (il ne faut rien gâcher).


 

En dehors du Biohazard Café et du CAPCOM Bar, il y a bien évidement de nombreux autres restaurants à thème. Mais ce blog n’ayant pas la vocation à remplacer le guide Michelin, il est temps pour nous de filer vers Odaiba. Dans le prochain épisode, je vous parlerai de la rencontre la plus impressionnante qu’il m’a été donné de faire à Tokyo.

 


A suivre...

 

La suite du voyage en cliquant ici 

 

Retrouvez tous les articles consacrés au Japon en cliquant ici

 


Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Japon
commenter cet article
23 janvier 2013 3 23 /01 /janvier /2013 11:55

 

 Pourquoi Akihabara est-il le quartier le plus intéressant du Japon ?


Deuxième volet de mon pèlerinage en terre nippone et aujourd’hui, notre escale se situe dans le quartier où tout bon geek se doit de planter une tente : Akihabara.

 

Chapitre 2 : un quartier électrique

akiba12.jpg

 

Ce quartier est l’endroit de Tokyo, du Japon, voir du monde, où la concentration de boutiques de jeux vidéo et de salles d’arcades est la plus importante. Un must pour les connaisseurs et un passage obligatoire pour le mordu de jeux vidéo que je suis.

Par chance, ce quartier se trouvait à 10 minutes de la Guest House où j’avais élu domicile, ce qui fut pour moi l’occasion de m’y rendre de nombreuses fois. “Pourquoi s’y rendre de nombreuses fois?” me direz vous. Et bien pour deux raisons. La première étant qu’il est quasiment impossible de ratisser toutes les boutiques de ce quartier en une journée, même en se levant tôt et en sautant le déjeuner. Les boutiques sont nombreuses et s’étendent sur plusieurs étages, certaines d’entre elles dépassant les 7 niveaux. Celà vous  promet de longues heures de recherche en ce qui concerne les jeux rétro, mais j’y reviendrai plus tard.

La deuxième raison est que, juste histoire de vous compliquer la tâche, les boutiques refont leurs stocks de jeux d’occasion quasiment chaque jour, ce qui peut vous faire rater une bonne affaire si vous vous refuser à visiter une boutique pour la 3ème fois dans la même semaine.

Pour vous donner un ordre d'idée de l'ampleur du travail, voici une visite en image d'une boutique d'AKB assez populaire : Super Potato.

 

DSCN0999

 

DSCN0984  DSCN0985  DSCN0986  DSCN0987  DSCN0988  DSCN0989  DSCN0993  DSCN0994  DSCN0995  DSCN0996  DSCN0997  DSCN0998  DSCN0990  DSCN0991  DSCN0992

 

Pour chasser le jeu vidéo d’occasion, il faut se munir de 4 armes :

- Un bon sens de l’orientation, ou un camarade muni de cette compétence histoire de ne pas tourner en rond comme Ryoga (tout se ressemble, vous n’avez pas idée).

- Un bon niveau en japonais écrit car les jeux sont le plus souvent sur la tranche et classés par ordre alphabétique JAPONAIS!!!

- Un bon sac à dos, afin d’éviter de se la jouer Pretty Woman avec une ribambelle de sacs dans chaque main (ne rigolez pas, ce stade critique arrive très vite).

- Un budget conséquent car, même si les prix sont excessivement bas, les choses introuvables sur Ebay (même en mauvais état et à prix d’or) se trouvent en abondance dans ce quartier, ce qui vous amène a amasser des dizaines de jeux et d’OST sans même vous en rendre compte (d’où la nécessité du sac à dos pour faire un combo avec la ribambelle de sacs).

 

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux

 

 

Si vous ne lisez pas le japonais, il existe un moyen très simple qui vous permettra de gagner du temps si vous êtes à la recherche d’un jeu ou d’un coffret collector en particulier.

Plutôt que de sortir chaque jeu un par un des étagères pour regarder leurs jaquettes, ou bien d'essayer vainement de communiquer en anglais avec les clients pour avoir de l’aide, munissez vous d’un smartphone. Utilisez ce dernier pour DL une image de ce que vous recherchez via google image et montrez la à un vendeur. L’effet est garanti : le vendeur consulte son ordinateur et vous dit de suite si le jeu est dispo dans sa boutique.

Vous gagnerez ainsi beaucoup de temps et vous éviterez de vous ruiner avec les achats de toutes les choses rares que vous trouverez pendant vos recherches dans les rayons.

 

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux2

 

 

Akihabara, ça n’est pas que du jeu vidéo d’occasion. C’est également des salles d’arcade gigantesques où les bornes s’alignent sur des dizaines de mètres. Les “Club SEGA” sont ici comme dans d’autres quartiers très représentés, cet éditeur étant toujours une des figures emblématiques de l’arcade aux côtés de Namco et de Konami. En arpentant les étages de ces édifices démesurés, il m’était impossible de ne pas avoir une petite pensée pour les nombreux bureaux européens de SEGA récemment fermés.

 

DSCN0760.JPG

 

DSCN0765  photo (13)  photo (12)  akb1  DSCN1062.JPG    DSCN1061  DSCN1064

 

Impossible pour moi de passer à Akihabara sans réaliser un rêve de gosse : jouer à DDR au Japon. Bon, le jeu est sorti en 1998 et si l’on prend en compte le fait que ma première partie de DDR remonte à 2008, il est vrai que le terme “rêve de gosse” est un peu galvaudé vu mon âge. Mais sur Fanboy Area, quand on parle de passion, on est tous des gosses. Seul le prix des jouets change.

 

 

DSCN1568.JPG

 

Les UFO Catchers et les Pachinko étaient bien entendu représentés en masse, et occupaient parfois plus d’espace que les jeux vidéo suivant les établissements. Totalement surréaliste ! Personnellement j’ai eu beaucoup de mal avec le Pachinko et son concept assez hermétique : mélange de Jackpot et de flipper vous permettant de faire rouler des centaines de petites billes en métal sur une surface quasiment verticale afin de les faire rentrer dans des petits trous. Ces derniers vous permettent de cumuler des points comme avec un flipper et de petits clous et obstacles viennent dévier la trajectoire de vos billes. Peu, voire pas d'interaction donc. Un jeu au-delà du contemplatif que je qualifierai d’hypnotique. Mais là où mon cerveau a fait des tours sur lui-même, ça n’est pas quand j’ai constaté qu’il y avait des immeubles entiers avec uniquement des centaines de bornes de Pachinko sur plusieurs étages (toutes occupées ou presque), non ! Le point de rupture a été atteint quand j’ai constaté qu’il existait des jeux vidéo de Pachinko... Une mise en abîme proche du concept du jeu vidéo où l’on contrôle un personnage qui joue au jeu vidéo. Passons...

 

fbapachinko.jpg

 

Akihabara est également appelé Akiba, ou même parfois AKB. Et là, je vais passer pour un bouffon auprès de mes amis wota (ils ne sont pas nombreux, j’ai un peu d’amour propre), je n’avais jusqu’à ma visite d’Akihabara jamais fait le rapprochement entre ce quartier et le groupe d’idols AKB48. Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’un groupe formé d’innombrables jeunes filles très populaires au Japon et en particulier à Akihabara, ce quartier étant leur territoire, comme le signale de manière très subtile la présence du “AKB48 Café&Shop”.

 

DSCN0769

 

Des happenings réguliers y sont organisés, et des promotions sont faites sur certains produits en fonction des anniversaires des membres du groupe très nombreuses encore une fois (j’ai longtemps pensé qu’elles étaient 48 mais ce n’est visiblement pas le cas). Leur public est majoritairement masculin, tout comme la clientèle de cet établissement, malgré la débauche de kawaii en ce qui concerne la décoration.

Juste à côté du “AKB48 Café”, se trouve le “Gundam Café qui, comme son nom le laisse entendre, est le point de chute idéal pour tous les fans de Gundam.

 

DSCN0770

 

Vous pouvez y déguster des cocktails ainsi que des encas hors de prix, mais également faire un petit passage dans la boutique officielle afin de vous procurer les derniers goodies du moment propres à cette licence. Les goodies disponibles dans la boutique sont assez chère, mais contrairement aux stands que l’on peut trouver dans les festivals en France, ici vous êtes sûr à 100% qu’il ne s’agit pas de contrefaçon.

Mais après une bonne journée de marche dans AKB, il était temps de se poser quelques instants dans un établissement que je n'avait pas vue depuis mon dernier passage à Londres...

 

DSCN0771

 

DSCN0773

 

Et pour le désert, quoi de mieux que de faire un bref passage dans un 7Eleven afin de se réaprovisionner en Pocky?

 

Pocky-FruitsNuts

 

Pocky Fraise

 

photo (8)Alors je vous arrête tout de suite, moi aussi j’ai été dubitatif quand je suis tombé sur le paquet, mais ne vous fiez pas à votre instinct de survie formaté par les magnats de l'agro-alimentaire! Goûtez-y ne serait-ce qu’un morceau du bout des dents et forgez vous votre propre opinion à la force de vos papilles.

Très sucré mais jamais écœurant, les petits éclats rouges présent dans l’enrobage du biscuit donnent une pointe d’acidité qui sublime l’ensemble avec une véritable explosion de saveur une fois en bouche.

 

Conseil de dégustation : tenez le paquet hors de portée de Kendo, c’est son parfum préféré.

 

 

 

 


Il y a encore pas mal de choses à dire sur Akihabara, mais je m’arrête là pour aujourd’hui. Dans le prochain article sur mon voyage en terre Nippone, je vous ferai un petit tour d’horizon culinaire pour le plaisir des yeux, mais également pour vous donner quelques adresses utiles. Et pour être sûr de vous voir revenir, je pense qu’un peu de teasing en photo s’impose...

 

FBAtBHC

 

A suivre...

 

La suite du voyage en cliquant ici


Retrouvez tous les articles sur le Japon en cliquant ici

Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Japon
commenter cet article
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 12:00

 

Pourquoi le Japon est-il le plus beau pays du monde?

 

Suite à mon retour du Japon, de nombreuses personnes m’ont littéralement sauté dessus pour me demander de leur raconter mon voyage. C’est donc par flemme de répéter la même histoire à longueur de temps, mais également par plaisir, que je vais rédiger cela de façon à vous raconter dans le détail cette expérience passionnante que j’ai vécu pendant deux semaines très riches.

Dépaysement, jetlag, expériences culinaires, rencontres, galères, je vais tout vous raconter dans une série de plusieurs articles qui seront publiés au fur et à mesure de leur rédaction. Les photos qui les illustrent sont de qualités inégales car souvent prises sur le vif à l’Iphone 4. Vous serez donc bien aimable de faire preuve d’indulgence sur ce détail.

 

Chapitre 1 : un voyage laborieux

sumo2

Bousculons un peu les codes et commençons par une préquelle. Certes, un voyage au Japon, ça fait rêver. Mais, tout comme la longue période d’approche nécessaire pour mettre une fille dans votre lit dès le premier soir, il y a tout une série d’épreuves laborieuses qu’il vous faudra passer avant de pouvoir prétendre à poser un pied sur l’archipel nippon. Je vais donc dans un premier temp vous raconter mon trajet.

 

Alors commençons sur une bonne base bien moisie : ma femme et moi partons le samedi 15 septembre au matin. Notre avion est programmé à 9h20, limite d'enregistrement des bagages à 8h30. Nous allons donc regarder les horaires des RER pour faire le trajet maison / aéroport et arriver dans les temps.

Et là, je vous le donne en mille : travaux sur le RER B à compter du... 15 septembre! Il nous faudra donc prendre deux RER différents, puis une navette faisant le lien vers l'aéroport pour un trajet total d’une durée estimée à environ 2 heures si tout se passe bien. Les premiers RER étant trop tardifs pour nous permettre d’être certain d’arriver avant la dead line pour l'enregistrement des bagages, deux solutions s’offrent à nous : passer la nuit à l’aéroport ou bien réserver un taxi pour le lendemain matin.

Après avoir évalué le pour et le contre, nous optons pour la deuxième solution, ce qui nous permet de dormir confortablement dans notre lit.

 

Quand vous partez à l’autre bout du monde pour deux semaines, vous avez beau tout vérifier une bonne dizaine de fois avant de fermer la porte de la maison, vous passez quand même tout le trajet vers l’aéroport à vous demander si vous n’avez rien oublié. Et les palabres du chauffeur de taxi qui essaye vainement de négocier un pourboire en étant sympa n’y change rien.

 

photo (5)

53,70€ de Taxi : une bonne entrée en matière pour débuter les vancances

 

Passeports? Check!

Portes de la maison fermées? Check!

Alarme branchée? Check!

Prendre les valises? Check!

 

Et ainsi de suite jusqu’à l’arrivée à l’aéroport où les étapes suivantes vous permettent de vous occuper l’esprit de manière un peu plus saine :

 

Il est quelle heure? 8h, ça va, on est bon!

(2minutes plus tard)

Il est quelle heure? 8h02, ça va, on est bon!

(2minutes plus tard)

Il est quelle heure? 8h04, ça va, on est bon!

 

Et ainsi de suite pendant toute la file d’attente jusqu’à l’enregistrement des bagages, moment à partir duquel on peut dire que j’ai commencé à déstresser un peu.

Passage par les portes équipées de détecteurs de métaux extrêmement pointilleux (où même les montures de vos lunettes réagissent) et je peux enfin me détendre grâce à mon IG mag spécial Resident Evil que j’ai réussi à choper dans un Relay H.

 

photo--6-.JPG

 

Viens le moment de l’embarquement pour un mini vol de 1h30 suivi d’une courte escale à Zürich.

“Courte escale” c’est peu de le dire car, si nous avions en théorie une petite heure pour faire le changement, ce délai a été copieusement raccourci par un retard de notre premier avion. N’ayant aucune envie d’avoir mes fesses dans un avion et mes bagages dans un autre, il a fallu donc se dépêcher de repasser les détecteurs de métaux de cet aéroport et de rejoindre le second avion avant qu’il ne décolle.

 

photo (2)

Avec mon Tshirt Nolife hold school j'ai trop le SWAG !

 

Après ce bref passage en Suisse, nous partîmes une bonne fois pour toute vers le pays du soleil levant. Un vol d’environ 12 heures avec comme seule distraction des mini télévisions proposant des films à la demande ainsi que de petits jeux vidéo (casse brique et jeux de réflexion pour la grande majorité avec un petit Shmup anecdotique).

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux


Si d’aventure vous vous retrouvez dans un avion pour un vol de plus de 12 heures, privilégiez le siège coté hublot si votre voisin est de sexe féminin. En effet, les individus de sexe féminin vont aux toilettes en moyenne une fois toutes les 8 minutes, ce qui vous obligera à vous lever fréquemment pour pouvoir laisser votre voisin s’extraire des rangées de sièges classe économique (probablement designé par un cul-de-jatte de petite taille).

Une fois positionné près du hublot, vous serez en mesure de suivre votre film ou même peut-être essayer de dormir en toute quiétude si la fatigue se fait sentir.

 

laurentgifquifaitmalauxnyeux2.gif

 

Une fois dans l’avion, le temps se fait long, très long... mais heureusement, les hôtesses déclenchent régulièrement des happenings en passant dans les allées avec des chars comme à la gay pride. Compte tenu de la petite taille des allées, ces chariots ne sont pas très impressionnants mais renferment boissons fraiches, café chaud, et parfois même des petits plateaux repas que les hôtesses distribuent aux passagers les plus méritants.


A mesure que l’avion prend de l’altitude, la terre disparaît pour laisser place à une immense mer de nuage. Spectacle magnifique les deux premières heures mais horriblement monotone par la suite.

 

DSCN0643

 

DSCN0646

 

Le décalage horaire aidant, la nuit tombe assez vite, ce qui plonge l’avion dans une obscurité propice à une petite sieste, histoire de faire passer le temps plus vite et de commencer un peu à se décaler pour compenser le jetlag (7h de plus au Japon par rapport à Paris).

 

DSCN0651.JPG

 

Quelques heures et quelques films plus tard, le jour se lève tout doucement et une odeur de brioche vient nous sortir de notre torpeur : Les hôtesses doivent sûrement se préparer à venir nous voir avec leurs chariots pour nous servir le petit déjeuner...

 

DSCN0648.JPG

 

Un petit coup d’œil dehors nous permet de nous rendre compte que le ciel est identique quel que soit l'endroit du globe où on le regarde. Je suis certain qu’il y a quelque chose de profond à dire suite à cette constatation, du genre, “je m’émerveille tel un enfant devant la perfection du corps céleste, qui de sa pureté opaque masque les imperfections de la terre et des innombrables outrages que l’homme lui fait subir depuis la nuit des temps”... Bref, revenons à nos moutons.

 

DSCN0656.JPG

 

Une fois arrivé au Japon, le marathon n’en est pas pour autant terminé. Récupérer les valises (où le dernier moment de suspens, pour ceux qui ont déjà eu des bagages égarés à l’autre bout du monde), faire la queue pour présenter son passeport, déposer ses empreintes digitales, faire fouiller sa valise par la douane et pour finir : prendre la Keisei Line pour se rendre en centre-ville.

 

DSCN0661.JPG

Plus de 20 heures après être parti de la maison, la fatigue commençait a se faire sentir

 

 

Une fois à Tokyo, il vous faut maintenant assimiler le concept du métro nippon afin de pouvoir accéder le plus vite possible à votre hôtel, uniquement synonyme d’une douche chaude suivi de deux jours de coma pour moi à ce moment précis du périple.

Fort heureusement, les indications des plans du métro japonais se décryptent bien plus facilement que celles de son homologue parisien. De plus, il est relativement facile de trouver de l’aide auprès des Tokyoïtes, pour peu que vous connaissiez le nom de la station où vous désirez vous rendre.

 

photo--3-.JPG

 

Une fois arrivé à la bonne station de métro, vous pouvez quitter les dédales de couloirs souterrains pour enfin découvrir à quoi ressemblent les rues de Tokyo !

 

DSCN0663.JPG

 

Après avoir trouvé un plan et croisé le chemin de quelques Japonais parlant vaguement anglais, nous sommes parvenus sans grande difficulté à trouver notre Guest House ou nous allions passer deux semaines.

 

DSCN0674

 

DSCN1231  DSCN1232  DSCN1069.JPG  DSCN1518.JPG  photo--10-.JPG

 

Une fois installés, moi et ma femme avons eu la bonne surprise de tomber nez à nez avec mon pote Negi qui était lui aussi présent au Japon avec sa moitié, sur la même période, la même ville, le même quartier et... la même Guest House que nous. Balaise...

 

photo--7-.JPG

 

DSCN1008.JPG 

 

Impossible de parler du Japon sans aborder la plus grande découverte de l’homme depuis l’invention de la roue : les POCKY.

 

pocky.jpg

 

Le profane le comparera grossièrement au biscuit Mikado trouvable n’importe où en France comme en Europe, mais ne vous y trompez pas ! Le Pocky est un biscuit don la fabrication remonte à 1965 par "Ezaki Glico Company", une époque lointaine où le biscuit portait le nom de "Chocotech". Il fut par la suite rebaptisé "Pocky" en référence à l'onomatopée "Pokky" (ポッキっ) qui représente le bruit du biscuit que l'on croque. Suite au succès du biscuit qui rapporta près de 30 milliards de Yens les deux premières années de sa commercialisation, le succès du Pocky franchis rapidement les frontières. Il arriva en France en 1982 sous le nom de "Mikado" qui fait directement référence au jeu d'adresse du même nom et sera fabriqué par la société "LU" sous licence "Ezaki Glico".

Mais taratata... les connaisseurs ne s'y trompent pas ! Le biscuit du POCKY possède une saveur unique, tout comme le chocolat qui le recouvre. De plus, contrairement à son ersatz occidental, le glaçage du POCKY donne une texture très savoureuse au biscuit qui vous évite d’avoir cet effet pâteux en bouche à la fin du paquet, ce qui vous permet d’en entamer une autre boite immédiatement sans avoir besoin de boire quoi que ce soit.

Et ce n’est pas fini, j’ai gardé le meilleur pour la fin : la où les Mikado s’arrêtent au chocolat noir et chocolat au lait (avec de timides tentatives vers le chocolat blanc et le caramel), les POCKY vous proposent une variété de parfums si riche qu’elle frise l’indécence. Et comme je suis quelqu’un de bien, je vous en présenterai une dans chaque article retraçant mon voyage au Japon.

 

Pocky-FruitsNuts

 

Le POCKY Menthe Chocolat

 

photo (4)Ce POCKY possède un biscuit  identique au POCKY chocolat. Ici, tout est dans l’enrobage qui mélange harmonieusement la chaleur du chocolat au lait, avec la fraîcheur d’une menthe savamment dosée. L’effet est garanti : vous enchaînez les sticks et arrivez à la fin de la boîte avant de vous en rendre compte.

 

Conseil de dégustation : prenez en directement deux boîtes pour éviter de devoir retourner en acheter une quand vous aurez terminé la première.


 

 

 

 

 

 

 

Voilà pour le premier épisode de cette série d’articles dédiée à mon périple sur les terres nipponnes. Ce premier article est un peu long et j’espère qu’il n’aura pas été aussi ennuyeux à lire pour vous que le trajet en avion ne l’a été pour moi...

Les prochains articles seront plus courts et seront publiés aussi régulièrement que possible.

 

Dans le prochain épisode, au risque de donner dans le cliché, nous visiterons ensemble le quartier électrique de Tokyo, le bien nommé ‘’Akihabara’’.

 

A suivre....

 

La suite du voyage en cliquant ici

 



Repost 0
Published by Blackphoenix - dans Japon
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Blackphoenix
  • Le blog de Blackphoenix
  • : Un blog non-objectif qui vous permettra de comprendre certaines de mes addictions. Libre à vous de vous reconnaitre dans mes articles ou de vous en inquiéter...
  • Contact

Nos partenaires

CAPCOM-logo

New Logo Big

images

logo-nolife

logo TRITTON 2

Recherche